Télécharger le Document Projet ici

Présentation de l’organisation

Walaha est un groupement de diverses qualifications : Éducation périscolaire et parascolaire, Arts visuels et oratoires, Technologies de l’Information et de la Communication.

Walaha c’est avant tout une volonté́ à toute épreuve pour que l’expression artistique soit reconnue comme une alternative sérieuse pour le développement socio-économique. Car les arts plastiques, le théâtre, la danse, les contes et la musique sont des éléments forts de la culture malienne et demeurent selon nous des formes d’expressions incontournables dans l’atteinte des « Objectifs du Millénaire pour le Développement».

Notre premier public étant les jeunes, nous avons vite compris qu’il faut rallier les nouvelles technologies à cette quête de mise en place d’actions de développement. C’est en ce sens que notre devise s’intitule : «faire en sorte que le futur ait un avenir!»

La valeur ajoutée, comparée, de l’organisation avec d’autres?

Le Groupe Walaha est seul dans son genre au Mali. Nous œuvrons dans le domaine des arts numériques tout en nous basant sur toutes les autres disciplines artistiques. Souhaitant contribuer fortement à l ‘économie créative au Mali, nous œuvrons pour une forte intégration de la jeunesse dans l’entrepreneuriat culturel gagnant.

Nous arrivons à travers nos différentes activités à fédérer, la culture, les multimédias, les artistes (des arts vivants, oratoires et visuels), les professionnels de l’audiovisuel et les jeunes amateurs, autour de la promotion de la culture et des droits de l’homme. C’est dans le même ordre d’idée que le Groupe a mis en place son incubateur/ accélérateur, Lab-Tap (Laboratoire Tank Power) spécialisé dans les industries créatives et numériques.

Walaha se place aussi comme la seule organisation qui en plus de créer et organiser ses propres activités, gère aussi la communication dans la plupart des évènements culturels au Mali. Nous créons ainsi de l’emploi pour nos membres et plusieurs autres jeunes sur toute l’entendue du territoire national.

Edito

Le potentiel de l’Afrique en matière d’économie créative est énorme. Cependant, bon nombre de nos populations n’ont qu’une connaissance partielle de ce patrimoine. L’une des choses à faire est de nous présenter d’abord à nous-mêmes africains afin de pouvoir nous vendre aux autres. Pour ce faire, je reste convaincu que les technologies numériques de l’information et de la communication peuvent faire du secteur créatif et médiatique le lieu de nouveaux en jeux dans les sociétés africaines contemporaines.

Le Festival Ciné à Dos et l’Université de Vacances sont deux outils performants développés par le Groupe Walaha pour ainsi contribuer à cette nouvelle économie numérique et cette révolution technologique chez nous.

Ciné à dos, le festival de Cinéma, d’Arts numériques et de Technologies mobiles, s’est associé en 2020 au Festival au désert pour créer un nouvel évènement dénommé́ AG’NA qui fera sa 2ème édition cette année à Koulikoro.

Ciné à Dos, qui est à sa 10ème édition, était à l’origine itinérante jusqu’à ce qu’il ait posé ses valises à Koulikoro il y a cinq ans. Et depuis le festival à travers ces actions d’incubateur et d’accélérateur dans le secteur de la production multimédia a mis les bases pour faire de Koulikoro, l’une des villes créatives au Mali. Nous avons réalisé́ des œuvres et des projets d’insertion socio-culturelle et économique avec la population locale. Avec ce nouveau format, Koulikoro accueille un nouveau genre d’évènement magique qui réunit à la fois la culture authentique du Mali et les arts numérique dans une parfaite symbiose.

Le festival AG’NA réunit deux mondes de création différente : la culture et le numérique. Le thème principal abordé est “s’adapter et se développer” qui est un prétexte pour nous de vouloir parler et discuter de la question de résilience dans ce monde de catastrophe, de pandémie et d’accélérateur de croissance numérique. Les sous-thèmes abordes seront :

– Le NUMÉRIQUE DANS LES INDUSTRIES CRÉATIVES : comment maintenir la création artistique malgré les catastrophes et les pandémies. Montrer la créativité africaine autrement à travers les atouts de cette révolution numérique.

– L’ÉVOLUTION DU TOURISME GRACE AU NUMÉRIQUE : Il s’agit d’explorer les possibilités de présentation et de diffusion de grands sites touristiques de notre pays à travers la réalité́ virtuelle.

– CITOYENNETÉ NUMÉRIQUE : le digital, nouveau moyen d’expression démocratique en Afrique avec les Bloggeurs, YouTubeurs et activistes du web.

L’Université́ de Vacances qui est à sa 6ème Edition se veut un grand laboratoire de production et de découverte de nouveaux talents dans le domaine de la production multimédia. Organisé sous forme de camp de formation et d’échanges, l’Université de Vacances favorise l’émergence de l’entrepreneuriat grâce à l’utilisation des atouts qu’offre le numérique.

Ces deux grandes activités concourent à ouvrir les esprits sur les potentialités qu’offre le numérique aux africains de faire de leur patrimoine culturel et médiatique une mine d’or exploitée à bon essayant.

Alors vivement AG’NA 2021.

Fousseyni DIAKITE

Directeur du Festival Ciné à Dos/ AG’NA

A- LE FESTIVAL INTERNATIONAL AG’NA (Ciné́ à Dos + Festival au désert)

Ciné à Dos amorce sa 10ème édition et décide de renforcer sa place de grand incubateur et accélérateur de l’industrie du film au Mali. Pour ce faire le festival met en place des formations et initiations dans les métiers de la réalisations et soutient la production cinématographique. Le festival met en place une compétition internationale de film sanctionnée par différents prix pour valoriser les métiers dans la production cinématographique :

  • Prix du meilleur film (court métrage)
  • Meilleur Scénario
  • Meilleur/e Acteur/ trice
  • Meilleur Costume
  • Prix jeune création

Le festival garde son caractère itinérant à travers son volet accélérateur numérique qui est une entité́ qui se déplace sur les évènements culturels, artistiques et médiatiques au Mali et dans la sous-région pour y apporter/ renforcer le volet digital et numérique.

C’est dans ce même t’ordre d’idée que les initiateurs de la rencontre autour des arts numériques et les technologies mobiles créent un nouvel évènement à Koulikoro qui s’appellera AG’NA (culture en tamashek) et s’associe au Festival au désert.

Le Festival au désert est une manifestation culturelle musicale qui se déroulait chaque année à Essakane. Il a été créé en janvier 2000 en s’appuyant sur les grandes fêtes traditionnelles touareg de Kidal (Takoubelt) et de Tombouctou (Temakannit). Pendant quatre jours, il permettait de voir les différentes formes de chants et de danses Touareg, d’assister à des courses de chameaux, de chevaux, et à des jeux.

Depuis la crise au nord du Mali le festival s’est associé à d’autres festivals du Mali et d’ailleurs pour créer la Caravane Culturelle pour la Paix et participe à beaucoup de festivals au Mali et à l’extérieur.

AG’NA, l’association de deux festivals se veut magique : le Festival au désert apportant toute son expertise et la culture du nord du Mali s’associera à Ciné́ à Dos qui apportera à cette association l’aspect numérique et digitale à travers les projections de films, des créations et diffusions d’œuvres d’arts médiatiques, mapping et installation numérique.

OBJECTIFS

L’objectif principal de AG’NA et Ciné́ à Dos est de contribuer à l’économie créative au Mali à travers les arts numériques. Il s’agit de développer un évènement grand public où convergent les arts, le cinéma, la photographie, le graphisme avec un volet itinérant qui collabore avec différents évènements artistiques et culturels.

Et spécifiquement :

  • Organiser chaque année à Koulikoro un nouvel évènement artistique et culturel, dénommé́ “AG’NA” en collaboration avec le Festival au Désert et d’autres évènements artistiques et culturels
  • Former les professionnels, initier les jeunes, produire et primer dans le secteur de la production cinématographique et de multimédia au Mali.
  • Développer le volet accélérateur de Ciné́ à Dos en un évènement itinérant qui se déplace sur les évènements culturels, artistiques et médiatiques au Mali et dans la sous-région pour y apporter/ renforcer le volet digital et numérique.
  • Réaliser et diffuser auprès du public le plus large possible des œuvres audiovisuelles purement artistiques ou thématiques sur la culture de la paix et les droits de l’homme de façon générale.
  • Promouvoir la production médiatique et les technologies mobiles de l’information et la communication comme outils de développement au Mali.
  • Transformer la ville de Koulikoro en une ville créative spécialisée en économie numérique.

Les composantes de AG’NA sont :

  1. Forum sur le digital en Afrique : un espace d’échanges habituellement organisé en marge des festivités de Ciné à Dos et entre les acteurs du numérique, de la culture et de la société́ civile sur les enjeux de la révolution numérique au Mali et en Afrique de façon générale.

Le cahier de charge du forum de cette année sera sous forme d’un atelier de réflexion sur la des stratégies de résilience dans le secteur créatif en utilisant les atouts d’offres le numérique.

      2. Rencontre professionnelle entre Producteurs, Réalisateurs et Diffuseurs Ciné à Dos privilégie essentiellement des productions faites localement en mettant en collaboration des professionnels avec des amateurs.

Le Mali est assez pauvre en matière de production d’œuvres transmédias. Ciné à Dos est une initiative qui permet à la fois de favoriser la production d’œuvres, la formation des acteurs du secteur et de faire découvrir ces métiers aux jeunes. C’est pour cette raison que ces rencontres professionnelles sont un espace très important dans le festival car elles créent un temps d’échanges/ de formation entre les réalisateurs, les producteurs, les grandes chaines de télévision et les diffuseurs web.

         3. Ateliers de réalisation d’œuvres multimédias :

  • Initiation des lycéens, universitaires et jeunes déscolarises en réalisation cinématographique et graphisme sur des thématiques.
  • Résidence de création de spectacle de danse et de théâtre/ contes et de la vidéo lapping.

      4. Caravane de projection
La caravane de projection est une activité́ populaire qui se déplacé dans différents quartiers de la ville de Koulikoro, Gao et Tombouctou (qui sera ajouté cette année). Les projections sont accompagnées de prestations d’artistes de déambulations folkloriques.

     5. Projections de grands films et des films d’amateurs/ Cérémonie de remise de prix

    6. Création et Production d’émissions télé́ avec les grandes chaines panafricaines.

 7. Spectacles vivants et audiovisuels en concerts, danse et contes.

8. Développement du tourisme, production et diffusion d’éléments vidéos sur le patrimoine touristique des différentes régions du Mali.

   9. Actions de sauvegarde du fleuve de Koulikoro à travers des actions de sensibilisation

  • des productions de vidéos dans le cadre d’atelier avec les jeunes et enfants de la localité́ et les diffuser avant toutes les projections du festival.
  • des productions de pièces de théâtre et des spectacles de contes qui seront joués en plein marché pendant la journée et la nuit dans les familles des chefs coutumiers durant tout le festival

10. Concert et spectacle

B- LES IMPACTS AG’NA

  • Formation et insertion socioprofessionnelle

–  Accompagnement de 5 startups culturelles au service de l’industrie créative au Mali.

–  Création d’emplois directs pour 15 jeunes sur l’année et pendant la période du festival.

–  Mise sur le marché́ d’une trentaine d’intermittents dans le domaine de la technique et la communication sur les évènements culturels à travers nos formations qualifiantes.

–  Plus de 50 professionnels et 200 jeunes scolaires et déscolarisés participent aux programmes de formation et d’initiation dans le secteur l’économie numérique et créative.

–  Organisation par an de deux grands programmes de formation dans le domaine de l’entreprenariat culturel, des arts numériques et médiatiques.

  • Sur le plan économique

–  Autonomisation des startups culturelles et génératrices de revenus.

–  Création d’une nouvelle source de financement de la culture pour les organisations culturelles au Mali à travers la production et la vente de leurs contenus aux chaines internationales.

– Le développement de l’économie locale dans le ville de Koulikoro à travers l’ouverture d’un centre multimédia pour jeune, la formation et l’insertion socioprofessionnelle des jeunes, la mise à disposition d’un marché artisanal lors du festival dans la ville.

  • Productions d’œuvres

– Une grande production par an avec un jeune cinéaste malien.

– Trois productions par an de spectacles de danse, théâtre et contes dans une collaboration entre artistes d’arts vivants et arts numériques.

– Une vingtaine de productions cinématographiques par an à travers les ateliers d’initiation des jeunes scolaires et déscolarisés.

  • Diffusion des œuvres

–  Des productions artistiques et culturelles maliennes sont diffusées à grande échelle sur les nouveaux médias et les grandes chaines de télévision internationale.

–  Des centaines de milliers de personnes auront suivi en direct ou sur l’Internet les émissions produites et auront été sensibilisées sur l’entreprenariat culturel au Mali, les opportunités et les enjeux.

Vues : 24